• Les Township

     

    Les Township

    C'est un tableau d 'environ 1 m de long

    Représentations de township faites par des artistes - souvent en relief avec les matériaux identiques à la réalité  

     

    Les Township

    Le township désigne, en Afrique du Sud, les zones urbaines ou quartiers souvent très pauvres (ghetto)  et sous-équipés qui ont été réservés aux non-blancs, principalement des noirs et des coloured, mais aussi des travailleurs indiens, qui y ont été déplacés souvent de force au nom des lois sur l'apartheid. ( C'est l'équivalent de la Jungle de Calais avec les migrants , plus pauvre encore)
    Ils ont généralement été construits en périphérie des villes de la fin du XIXe siècle jusqu'à la fin de l'apartheid.

    Le plus grand Township d'Afrique du Sud est, de loin, celui de Soweto, situé au sud-ouest de Johannesburg (d'où son nom qui signifie South Western Township) et qui compte près de 900 000 habitants, soit au moins deux fois plus peuplé que les Townships moins importants

     

    Les Township

    Ce sont  des abris de fortune parfois sans eau courante ni électricité. La criminalité y est assez importante et est le résultat de conflits liés à la pauvreté.

    On peut en visiter avec certains guides connus de la population et dans des endroits spécifiques, ceci afin de ne pas vous retrouver totalement dépouillés mais aussi avec un mauvais coup

    Cependant, les townships font parti intégrantes de l’Afrique du Sud. Ils rassemblent une partie importante de la population. Ce sont des lieux vivants qui s’organisent comme ils le peuvent. Depuis la fin de l’apartheid, les conditions de vie s’améliorent petit à petit avec la construction de maisons en « dur », d’écoles et une économie locale se met en place. Même si cette évolution est forcément trop lente, elle est une source d’optimisme

     

     

    Les Township

     

     

     

    Les Township

     

     

     

    Les Township

     

     

     

    Les Township

     

     

     


    votre commentaire
  • Le Waterfront

    Le Victoria & Alfred Waterfront (littéralement Front de mer Victoria et Alfred) se trouve au centre historique du port de la ville du Cap. Il est le site touristique d'Afrique du Sud le plus visité, avec notamment le plus grand nombre de visiteurs étrangers du pays. Situé entre Robben Island et la montagne de la Table, entre mer et montagnes, il propose de nombreuses attractions, les hôtels tel le Breakwater Lodge qui fut une prison au XIXe siècle, des restaurants, des commerces, ainsi que des bureaux et une marina résidentielle.

    Le Prince Alfred, second fils de la Reine Victoria du Royaume-Uni, ordonna la construction du port en 1860. Son nom fut donné au premier bassin, et celui de sa mère au second

     

     

    Le Waterfront

     

     

    Le Waterfront

     

    Le Waterfront

    Le Waterfront

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ici le site de départ  pour des excursions en bateau vers Robben Island ( Lieu où fut emprisonné Nelson Mandela) , ainsi que l'Aquarium des Deux Océans et en rouge, la Clock Tower(construite en 1883)

     

     

    Le Waterfront Le Waterfront

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Waterfront

     

     

    Le Waterfront Le Waterfront

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Waterfront

     

     

    Le Waterfront Le Waterfront

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Waterfront

     

    Le Waterfront

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    The Gardens

     

    The Gardens

    Le quartier des jardins est situé directement en dessous de la montagne de la Table et de Lion's Head. Il a pour cœur l'ancien potager créé par Jan van Riebeeck en 1652 et qui devait servir à fournir en produits frais les navires en route pour les Indes via le cap de Bonne-Espérance.

    En 1652, Jan van Riebeeck établit au Cap une station de ravitaillement pour approvisionner en produits frais les navires franchissant le cap de Bonne-Espérance. Il fait établir dans ce but un potager confié à Hendrik Boom, maître jardinier de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. L'emplacement choisi est un espace proche de la rivière (situé près de l'actuelle Grand Parade). En quelques années, ce potager s'étale sur 18 hectares et peut pourvoir en produits frais les navires britanniques et néerlandais ancrés dans le port du Cap. Il est ensuite progressivement converti en jardin botanique puis en jardin d'ornement, bien que la culture de légumes perdure durant encore plusieurs années. Durant le mandat de Simon van der Stel, les citronniers de la partie supérieure de l'actuelle Adderley Street sont remplacés par des chênes.

    Ce jardin constitue de nos jours Company's Garden (le jardin de la compagnie) où on trouve le plus vieil arbre cultivé d'Afrique du Sud, planté peu après l'arrivée de Jan van Riebbeck au Cap.

     

    The GardensThe Gardens

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    The Gardens

     

     

    The Gardens

     

     

    The Gardens

     

    The GardensThe Gardens

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    The Gardens

     

     

    The Gardens

     

     

     

    The Gardens

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Quartier Malais

      Ce quartier abrite une forte concentration de Cape Muslims (Musulmans du Cap), qui sont les descendants de populations originaires de l’actuelle Malaisie, d’Inde et d’Indonésie qui furent déportés par la Compagnie des Indes Orientales afin de servir de main-d’œuvre dans la colonie à partir du XVIIIème siècle.

     

     

    Quartier Malais

    Lors de l’arrivée des hollandais en 1652, la compagnie des Indes Orientales ne voulant pas entrer en conflit avec la population locale les Khoi San, a commencé à faire venir des esclaves. Les premiers esclaves à arriver au Cap venaient d’Afrique de L’Ouest et d’Angola, ensuite tous les esclaves « importés » venaient d’Afrique de l’est principalement du Mozambique et Madagascar et ensuite d’Inde, du Sri Lanka et d’Indonésie -

    En 1834, l’abolition de l’esclavage au Cap a permis à certains esclaves de vraiment changer de vie mais souvent ils sont devenus une main d’œuvre très bon marché, ce qui n’a guère changé leur condition de vie, mis à part qu’ils étaient libres du moins sur le papier -

    Au début du XXème siècle, c’était un lieu animé par plusieurs communautés d’artisans et de commerçants. Après la seconde guerre mondiale, lors du début de l’Apartheid, le District Six était très cosmopolite. Il hébergeait de nombreux Malais du Cap musulmans, ainsi que des Noirs Xhosas, des Blancs Afrikaners et des Indiens -

    Le 11 février 1966, le gouvernement déclara que le District Six ne devait être habité que par les Blancs, et la destruction commença en 1968. En 1982, 60 000 personnes étaient déplacées à 25 kilomètres, dans le township de Cape Flats. Les anciennes maisons de la zone de District Six furent rasées. Actuellement, l’université du Cap s’est installée sur une partie du site, mais tout le reste est resté abandonné à l’état de terrain vague. Toutefois, le gouvernement qui a succédé à la fin de l’Apartheid, en 1994, a écouté les revendications des anciens habitants, et envisage une aide à la reconstruction. - 

     

    Aujourd’hui, le Bo-Kaap est l’un des quartiers les plus pittoresques de la ville du Cap avec ses ruelles pavées, ses maisons colorées et ses mosquées dont l’architecture rappelle celle de l’Asie du sud-est. -  

    Quartier Malais

     

     

    Quartier Malais

     

     

    Quartier Malais

     

     

     

    Quartier Malais

     

     

    Quartier Malais

     

     

    Quartier Malais

     

     

    Quartier Malais, Bo-Kaap

     


    votre commentaire
  •  

    Cape Town

    Vision panoramique

     

    Cape Town

     Combien de navires chavirèrent dans cette baie où les courants de l'Atlantique se mêlent à ceux de l'océan Indien, caressant de leurs vagues déchaînées des plages de sable blanc restées quasi vierges? Quelque 3 000 épaves sommeillent au fond de ces eaux tourmentées, peuplées de dauphins, de lions de mer et de requins blancs… Parmi elles, celle du Nieuw Haarlem, un trois-mâts de la Compagnie hollandaise des Indes orientales qui s'est échoué ici en 1648. Ses rescapés, bloqués pendant plus d'un an au Cap, découvrirent avec bonheur le climat méditerranéen de cette pointe méconnue de l'Afrique, ses eaux douces, ses antilopes et ses autruches à la viande si tendre, le spectacle fascinant des baleines qui passent au loin, balançant, comme un salut au peuple des hommes, leurs trombes d'eau vers le ciel… Séduits, les naufragés ne tarirent pas d'éloge sur l'endroit!

     Au terme de leur exil forcé, ils remirent un rapport aux dirigeants de la Compagnie, suggérant d'y établir une base de ravitaillement pour les navires remontant la route des épices en direction des Indes. Affaire conclue! Les premiers immigrants hollandais débarquèrent au Cap en 1652, ignorant qu'ils partaient pour une aventure que peu d'hommes ont la chance de vivre dans une vie: ils allaient créer un nouveau pays, l'Afrique du Sud.

     

     

    Cape Town

     Cape Town, mother city, la ville mère. C'est là que tout a commencé. Le bout de l'Afrique. Presque celui du monde! Qui aurait imaginé que, 363 ans plus tard, Cape Town serait l'une des destinations les plus en vogue du moment? Trépidante. Cosmopolite. Et délicieuse à vivre. Les sombres péripéties de l'apartheid semblent loin (même si une forme de ségrégation économique subsiste encore). En 2014, le New York Times a fait du Cap sa destination favorite, parmi 52 autres villes du monde! Faut-il s'en étonner? Ici, c'est un peu la Côte d'Azur, la Floride et la Californie à la fois. Autant que possible, ne pas s'afficher comme touriste : pas de sacoche banane, d’appareil photo en bandoulière ni de look kaki genre « je fais un safari en Afrique avec du fric plein mon gilet à poches ». Ne pas jouer les héros : certains quartiers sont dangereux ( le Downtown de Cape Town après la sortie des bureaux). Pour ces coins-là, n'y allez pas du tout. Sauf si vous êtes accompagné de Sud-Africains, d 'un guide.Si vous faites preuve d’un peu de finesse, d’intelligence et de sensibilité, l’Afrique du Sud ne vous posera pas de problèmes particuliers : Eviter d’aller dans un township seul !

    Alors que l’histoire de ce pays a posé les bases d’un racisme généralisé et de situations sociales tendues, on s’aperçoit rapidement que les Sud-Africains sont des gens très accueillants et respectueux des touristes.


    Résultat de recherche d'images pour "carte du cape town"
    Point de résidence pour vous situer: Constantia


    Cape Town



     

    Cape Town

     

     

     

    Cape Town

     

     


    votre commentaire
  • Nous y sommes !

    Cela donne le ton !!

     

    Nous y sommes !

     

     

    Nous y sommes !

    Toujours très présent sur les étagères, dans les cœurs !

     

    Nous y sommes !

     

     

    Nous y sommes !

    A diviser approximativement par  15  pour avoir la valeur en Euro - 1 € = 14,83 Zar

     

    Nous sommes donc en Afrique du Sud

    L'Afrique du Sud compte 55 millions d’habitants répartis en 80,2 % de Noirs, 8,8 % de métis, 8,4 % de Blancs et 2,5 % d'asiatiques (sous-continent Indien). Nation aux phénotypes très variés, l'Afrique du Sud est ainsi en Afrique le pays présentant la plus grande portion de populations dites coloured, blanches et indiennes. Elle est souvent appelée « nation arc-en-ciel », notion inventée par l'archevêque Desmond Tutu pour désigner la diversité de la nation. L'égalité des revenus entre les différents groupes de populations n'a pas progressé depuis la fin de l'apartheid et l'Afrique du Sud connaît un taux d'inégalité parmi les plus élevés au monde C'est toutefois une puissance de référence pour le continent africain avec l'une des économies les plus développées du continent. C'est la deuxième puissance économique d'Afrique derrière le Nigeria

    L’apartheid en vigueur à partir de 1948 a été aboli en 1991. En 1994, les Sud-Africains participèrent aux premières élections démocratiques jamais organisées dans leur pays. Après 27 années de détention, le prisonnier politique le plus célèbre du monde, Nelson Mandela, devenait le chef d’État le plus admiré de la planète. La « nation Arc-en-Ciel » connaissait alors un véritable état de grâce.
     Il reste beaucoup à faire et il faudra beaucoup de temps et d’énergie pour abolir la terrible ségrégation ségrégation – sociale et économique – et redistribuer les cartes de manière un peu plus équitable.
    Le voyage en Afrique du Sud est un périple hors du commun. Le pays, baigné par deux océans (Atlantique et Indien), possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable beauté. C’est une mosaïque de steppes, de savanes, de montagnes, de zones désertiques, de plages aux eaux turquoise, de grandes villes à l’américaine, de petits villages zoulous hors du temps.On passe presque sans transition des quartiers branchés de Cape Town aux plus misérables des townships, ce qui peut être dangeureux pour les touristes qui sont vus comme de véritables diamants

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique