• Quel bonheur de se perdre dans le vaste quadrillage des marais salants ! Tôt le matin ou au coucher du soleil, les bassins étincelants arborent d’incroyables nuances d’argent, de bleu, de vert et de rose. Les petites pyramides blanches de sel sont façonnées par les paludiers « nouvelle génération » qui perpétuent un savoir-faire ancestral. De juin à septembre, ils récoltent le sel dans 7000 œillets, à l’aide de leur cimauge. La Fleur de sel, ce caviar de la saline, est délicatement cueillie d’un geste souple. Les marées, le soleil et le vent sont les meilleurs alliés de leur travail. Figures typiques, les salorges, de beaux hangars en bois, conservent leur récolte.

     

     

    Guérande et ses marais salants

     

    Guérande et ses marais salants

     

    Guérande et ses marais salants

     

    Guérande et ses marais salants

     

    Guérande et ses marais salants

    Guérande et ses marais salants

     


    3 commentaires
  • Chateau de  villandry - val de loire

     

    Chateau de  villandry - val de loire

     

    Chateau de  villandry - val de loire

    Dernier des grands palais qui furent bâtis sur les bords de Loire au XVIe siècle, le château de Villandry, apporte une touche finale aux recherches de la Première Renaissance française

    Les jardins actuels du château de Villandry, sont le fruit d'une reconstitution patiente effectuée dès 1906 par le docteur Joachim Carvalo à partir de planches et de textes anciens de l'architecte Jacques Androuet du Cerceau, traitant alors d'un jardin de la Renaissance typique du XVIe siècle.

    Ce domaine occupe désormais une superficie de plus de six hectares agencés sur quatre niveaux de terrasse

    L'ensemble du château et de ses jardins est inscrit dès le 12 avril 1927 à la liste des monuments historiques avant d'être classé définitivement le 4 septembre 1934. Le domaine fait désormais partie du patrimoine mondial de l'Unesco.

     

     Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de  villandry - val de loire Chateau de  villandry - val de loire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de  villandry - val de loire


    votre commentaire
  •  

    Les jardins de Villandry

     

     

    Les jardins de Villandry

    Les jardins de la Renaissance française sont un style de jardin inspiré à l'origine par ceux de la Renaissance italienne, qui a évolué par la suite pour donner naissance au style plus grandiose et plus formel du jardin à la française sous le règne de Louis XIV, à partir du milieu du XVIIe siècle.

    En 1495, le roi Charles VIII et ses nobles rapportèrent le style Renaissance en France à la suite de leur campagne guerrière en Italie. Les jardins de la Renaissance française connurent leur apogée dans les jardins du château royal de Fontainebleau et des châteaux de Blois et Chenonceau.

    Les jardins de Villandry Les jardins de Villandry

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les jardins de Villandry Les jardins de Villandry

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les jardins de Villandry Les jardins de Villandry

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les jardins de Villandry Les jardins de Villandry

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les jardins de Villandry

     

    Les jardins de Villandry

     

     


    2 commentaires
  • Chateau de Langeais, côté jardin

     

    Chateau de Langeais, côté jardin

    Le château et son jardin, vus depuis les restes de la forteresse du Xe siècle

     

    Chateau de Langeais, côté jardin

    Le mur restant de l'ancien donjon, et le jardin.

     

    Chateau de Langeais, côté jardin


    2 commentaires
  • Intérieur du Château Intérieur du Château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cet ensemble comprend quinze salles meublées et décorées dont la « salle des Preux » et sa collection unique de tapisseries des XVe et XVIe siècles ; y sont notamment exposées sept pièces (sur neuf) de la célèbre tenture ou suite des Preux (Aubusson ou Felletin, 1525-1540), qui auraient été réalisées entre 1525 et 1540 pour Pierre Paien (ou Payen), seigneur protestant de Chauray en Poitou ; Jacques Siefgried l'acquit en 1892 par un courtier ou intermédiaire local auprès d'un médecin de Saint-Maixent-l'École. Cette collection de sept tapisseries sur neuf, avec seulement deux manquantes (celles de Charlemagne et de Judas Macchabée, disparues ou détruites), est la plus complète qui soit au monde.

     

     

    Intérieur du Château

     Intérieur du Château Intérieur du Château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Intérieur du Château Intérieur du Château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Intérieur du Château Intérieur du Château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Intérieur du Château Intérieur du Château

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Intérieur du Château

     

     

    Intérieur du Château

     

     


    2 commentaires
  •  

    Chateau de Langeais

    Cet ouvrage fortifié est bâti sous l'impulsion de Foulques Nerra, comte d'Anjou en 994.

     

    Chateau de Langeais

    Sous la domination de la dynastie anglaise des Plantagenêt, le château est agrandi par le roi d'Angleterre Richard Cœur de Lion, comte du Maine et d'Anjou de 1189 à 1199. Philippe Auguste le reconquiert en 1206, puis il est détruit par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans. Du bâtiment de cette époque subsiste une façade de la tour principale, appelée « donjon de Foulques Nerra ».

    En 1465, Louis XI ordonne la reconstruction du château, en contrebas des vestiges de l'ancien édifice ; les travaux sont menés sous la direction de Jean Bourré, trésorier de France et ami du roi, et Jean Briçonnet. Le nouveau château de Langeais est achevé en 1469.

    Chateau de Langeais Chateau de Langeais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chateau de Langeais

     

    Chateau de Langeais

     

    Chateau de Langeais Chateau de Langeais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'événement le plus marquant de la vie du château est le mariage royal de Charles VIII avec Anne de Bretagne, célébré le 6 décembre 1491 à 7 heures du matin. La jeune duchesse n'avait alors que 14 ans et son mariage signe la fin de l'indépendance du duché de Bretagne.

    Jusqu'au règne de Louis XIII, le domaine de Langeais reste la propriété de la couronne de France, qui le donne parfois à titre d'indemnisation ou de récompense. Il appartient ensuite à différentes familles.

    Pillé et laissé à l'abandon à la Révolution et au début du XIXe siècle, les bâtiments furent remis en état à partir de 1833


    3 commentaires